Automédication : la nouvelle mesure pour « financer » l’assurance maladie française

Prendre une boîte d’aspirine comme on prend une crème solaire, c’est en effet ce que propose la ministre de la Santé pour permettre à chacun « de mieux prendre en main sa santé ». Lors du 60ème Congrès des Pharmaciens de France, Roselyne Bachelot a annoncé vouloir faire « placer les produits d’automédication devant les comptoirs ». La vente de certains médicaments passerait donc en libre-service dans les officines. À quand l’achat de médicaments en supermarché ? Pour Vincent Cotard, président du laboratoire GSK Santé, il n’en est vraiment pas question. Le renforcement de l’automédication doit au contraire mettre l’accent sur le rôle de conseil du pharmacien. Après la polémique de la franchise médicale et le récent projet d’encadrement de l’installation des médecins sur le territoire, cette nouvelle mesure proposée pour « faire faire des économies à l’assurance-maladie » pourrait faire rage. Roselyne Bachelot souhaite quant à elle l’inscrire dans le projet de loi de financement de la Sécurité Sociale (PLFSS) pour 2008 dont l’examen a débuté mardi 23 octobre 2007, pour un vote prévu le 30 octobre. Nombre de pharmaciens jugent la controverse inutile : ils estiment qu’à partir du moment où le client est traité en patient, et non pas en consommateur, les médicaments peuvent bien se trouver devant le comptoir. Mais quand on connaît les dangers de l’automédication, il est légitime de se demander s’il n’est pas trop risqué de s’abriter derrière l’hypothétique bonne foi de ces pharmaciens. Reconnaissons cependant que le libre-accès aurait au moins le mérite de favoriser la concurrence entre pharmacies. Selon l’endroit, la facture d’un même traitement non remboursé par l’assurance maladie peut présentement passer du simple au triple. Peu visibles, le prix des boîtes situées derrière la caisse varient considérablement d’une officine à l’autre. Pour l’instant, seul notre portefeuille en pâtit mais d’ici quelques semaines, il se pourrait que ce soit malheureusement notre santé.

Uncategorized