Chronique Internet : Les petits papiers

L’histoire commence en 2001 quand Davy Rothbart, un jeune homme du Michigan, trouve sur son pare-brise un message destiné à un autre. Étonné, il le montre alors à Jason Bitner, un ami. Les deux hommes réalisent l’intérêt de ces petits papiers quand leurs amis commencent à leur montrer des trouvailles. Photos, cartes postales, listes de choses à faire, petits dessins et petits mots prennent alors leur place dans le premier numéro du magazine Found, une revue-fanzine publiée une fois par année. À Montréal, on peut l’acheter, lorsqu’on est chanceux, chez Monastikari, au 5478 boulevard St-Laurent. Pour donner plus d’informations sur le lancement du magazine, un site Internet a été créé, puis transformé : aujourd’hui, il est indépendant et affiche le papier du jour, qui ne sera pas publié dans le magazine. Par rapport au magazine, l’intérêt du site Internet est que tout internaute peut commenter ou interpréter le petit papier mis en ligne. Une section, Hey ! That’s me !, permet même à l’auteur du papier de s’exprimer. Quinze mille papiers trouvés sont envoyés à Found chaque année. Jason Bitner, cofondateur de Found, explique que le premier magazine a été bricolé avec les trouvailles ramassées ici et là par les amis, la famille. Le site donne un peu cette impression sympathique d’un scrapbook avec des mots et des images, collées de part et d’autre. L’écriture manuscrite y côtoie le caractère imprimé, le post-it et la photo forment un ensemble hétéroclite qui donne envie d’y revenir, pour imaginer la vie des autres. On aurait pu voir dans l’entreprise de Found un message politique, une façon de dénoncer le caractère impersonnel de notre société, le papier trouvé représentant un soudain intérêt pour son prochain. Toutefois, Jason Bitner nie : « On a voulu garder ça le plus large possible sans tomber dans le commentaire politique, c’est simplement la célébration de ces choses qu’on laisse derrière nous. » www.foundmagazine.com Le journal indépendant de l’Université de Montréal Quartier Libre est le principal journal des étudiants de l’Université de Montréal (UdeM). Organe de diffusion indépendant de la direction de l’UdeM, Quartier Libre est un bimensuel distribué à plus de 7000 exemplaires sur et autour du campus. Quartier Libre compte sur la collaboration de plusieurs étudiants (dans différents domaines d’étude) de l’UdeM et de quelques journalistes extérieurs. Il se veut un journal école, un tremplin pour les étudiants qui souhaitent faire carrière en journalisme et se donne comme mandat de traiter de tous les sujets chauds du campus de l’UdeM et d’ailleurs, de faire des analyses sur des thèmes de société et internationaux et de promouvoir la culture émergeante qui n’est pas ou peu couverte par les autres journaux québécois. Innovateur et dynamique, il a été nommé « meilleur journal étudiant du Canada » par Paul Wells, chroniqueur au magazine canadien Macleans. L’ensemble de la rédaction est rémunéré pour son travail. L’équipe rédactionnelle 2007-2008 est composée de Rachelle Mc Duff (directrice et rédactrice en chef), Clément Sabourin (chef de pupitre campus), Julie Delporte (chef de pupitre culture), Thomas Gerbet (chef de pupitre société-monde) et Clément de Gaulejac (directeur artistique).

Uncategorized