Chronique : Irrévérences

Une empreinte et une petite frite Près de 20 000 parents inquiets suite à la disparition de la petite Cédrika ont pu faire identifier leurs enfants lors d’une journée nationale organisée par les services policiers du Québec, le 15 octobre. Menée en collaboration avec les restaurants McDonald’s, cet évènement a permis de remettre à la police des carnets d’identification comprenant notamment empreintes digitales et photos. En cas de prochain avis de recherche, il sera mentionné que l’enfant disparu a les doigts gras, de la sauce sur le coin des lèvres et est accompagné d’un clown aux cheveux rouge. Harper et les Beatles Pour justifier l’intensification de la lutte anti-drogue, Stephen Harper a donné comme exemple le fait que son fils « écoute (ses) disques des Beatles et demande ce que certaines paroles veulent dire ». Il serait intéressant de demander au fils du premier ministre si la chanson en question était Nowhere Man car les paroles, on ne peut plus claires, décrivent étrangement la situation de son père. He’s a real Nowhere Man / Sitting in his nowhere land / Making all his nowhere plans for nobody / Doesn’t have a point of view / Knows not where he’s going to. Dé-press-iation Le Canada perd encore plusieurs places au classement mondial 2007 de la liberté de la presse par Reporter sans frontières. Il se place cette année 18ème, derrière la Hongrie et juste devant Trinidad et Tobago. En 2002, le Canada trônait à la 5ème place. Les sept petites minutes octroyées par Stephen Harper, lors de ses rares points de presse, à des journalistes dont la prise de parole est décidée en avance, y sont sûrement pour quelque chose. Et le traître est… Un sondage en ligne réalisé par l’organisation souverainiste Les Jeunes Patriotes du Québec (JPQ), a décerné le prix du Plus grand traître à la Nation québécoise à l’ancien premier ministre du Canada Pierre Elliott Trudeau. Créé pour parodier l’élection de The Greatest Canadian, réalisé en 2004 par CBC [Trudeau y arrivait d’ailleurs troisième], le sondage en ligne a attiré plusieurs milliers de votants selon le JPQ. En deuxième position du classement des traîtres, on retrouve Stéphane Dion. Aucune trace en revanche du chef libéral dans le classement des plus grands Canadiens. Son impopularité serait-elle transcanadienne ? Soigner la planète à Montréal Montréal pourrait accueillir les locaux de l’ONU à la place du silo n°5 du Vieux-Port, révélait le journal La Presse du 20 octobre dernier. Ce projet, proposé par le gouvernement fédéral, est une alternative aux faramineux coûts de rénovation du siège de l’organisation à New York. Le maire Gérald Tremblay s’est dit « emballé » par cette idée. Mais il semble omettre un détail : n’est ce pas dans la métropole québécoise qu’un autre projet d’envergure traînaille ? La construction du Centre hospitalier universitaire de Montréal (CHUM), officialisée en 2005, ne débutera en effet pas avant 2009, pour une ouverture encore indéterminée. Si l’avancement du projet des Nations Unies se déroule dans de telles conditions, le monde a du souci à se faire. Le retard semble être un trait qu’ont en commun les diplomates de l’ONU et les responsables de la santé au Québec. Dans les deux cas, les délais avant un diagnostic du problème et la décision des remèdes à y apporter sont toujours trop longs. Lavage islamique Pour le président afghan Hamid Karzaï, le terrorisme « salit l’image de l’Islam ». Son gouvernement, miné par la corruption contribue-t-il de son côté à blanchir cette image ? Le journal indépendant de l’Université de Montréal Quartier Libre est le principal journal des étudiants de l’Université de Montréal (UdeM). Organe de diffusion indépendant de la direction de l’UdeM, Quartier Libre est un bimensuel distribué à plus de 7000 exemplaires sur et autour du campus. Quartier Libre compte sur la collaboration de plusieurs étudiants (dans différents domaines d’étude) de l’UdeM et de quelques journalistes extérieurs. Il se veut un journal école, un tremplin pour les étudiants qui souhaitent faire carrière en journalisme et se donne comme mandat de traiter de tous les sujets chauds du campus de l’UdeM et d’ailleurs, de faire des analyses sur des thèmes de société et internationaux et de promouvoir la culture émergeante qui n’est pas ou peu couverte par les autres journaux québécois. Innovateur et dynamique, il a été nommé « meilleur journal étudiant du Canada » par Paul Wells, chroniqueur au magazine canadien Macleans. L’ensemble de la rédaction est rémunéré pour son travail. L’équipe rédactionnelle 2007-2008 est composée de Rachelle Mc Duff (directrice et rédactrice en chef), Clément Sabourin (chef de pupitre campus), Julie Delporte (chef de pupitre culture), Thomas Gerbet (chef de pupitre société-monde) et Clément de Gaulejac (directeur artistique).

Uncategorized