Chronique : Vladimir Poutine, deux fois tsarifié

Le Time Magazine, l’un des plus coté de la planète, a surpris tout le monde en annonçant la désignation de Vladimir Poutine comme personnalité de l’année 2007. Selon le Time, à travers son site Internet, Poutine, fils d’ouvrier dont le grand-père cuisinait pour Staline, a dirigé la Russie avec une persévérance résolue, une vision acérée et le sentiment d’incarner le caractère russe. L’information a été bien accueillie au centre du pouvoir à Moscou, notamment par Dimitri Peskov, porte-parole du Kremlin qui lui a également dédié la reconstruction des relations internationales de la Russie. Rappelons que l’ancien officier du KGB a été tiré de l’obscurité en 1999 par le président Boris Eltsine. Avec Poutine la Russie est redevenue une puissance « Poutine a remis son pays sur la carte. Et il a l’intention de la redessiner lui-même », écrit Time. « Il va continuer à diriger le pays en tant que Premier ministre et tenter d’en faire une nation d’un nouveau type, qui ne serait redevable ni à l’Est ni à l’Ouest. » « Ce n’est pas un ’type bien’, mais il a fait des choses extraordinaires », estime Richard Stengel, rédacteur en chef de Time, qui a annoncé le choix de Poutine sur la chaîne NBC. « C’est un nouveau tsar de Russie et il est dangereux en ceci qu’il ne se préoccupe pas des libertés civiques ; il est indifférent à la liberté d’expression ; il a le souci de la stabilité. Mais la stabilité, c’est ce dont la Russie avait besoin, c’est pour cela que les Russes l’adorent. » Le jeudi 20 décembre 2007, Poutine, selon AFP, a signé un accord sur la construction d’un gazoduc allant de la mer Caspienne à la Russie, qui renforcera encore la position de Moscou dans l’approvisionnement en gaz de l’Europe, avec le Kazakhstan et le Turkménistan. Cette nouvelle artère énergétique permettra des livraisons à long terme et en grande quantité aux partenaires de la Russie. Décidément, la Russie veut renforcer sa position économique en contribuant ainsi au renforcement de la sécurité énergétique en Europe. Le Magazine Time provoque Selon le journal français Libération, le magazine Time est coutumier de la provocation dans sa désignation de la « personne de l’année ». Rappelons que les « élus » précédents comptent notamment dans leurs rangs Adolf Hitler, Joseph Staline, et le président américain George Bush en 2004, un an après l’invasion de l’Irak. L’ancien dirigeant iranien, l’ayatollah Khomeini, avait été choisi en 1979, l’année du renversement du régime du shah d’Iran. Rudolph Giuliani, alors maire de New York, avait été élu en 2001, quelques semaines après les attentats contre le World Trace Center. Toujours selon Libération, certains membres de la rédaction avaient suggéré le nom du chef du réseau terroriste al-Qaïda, Oussama ben Laden à cette période. A coté de certains élus à ce Saint Graal, Vladimir Poutine est un ange de Dieu. Cet article a également été publié sur le site de Centpapiers

Uncategorized