Du scientifique au politique : le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

La menace que font peser les changements climatiques sur l’humanité n’est plus à démontrer. Pour la plupart d’entre nous, ce fait est admis, et notre réflexion s’oriente davantage vers la recherche de solutions à ce problème. Toutefois, ces solutions doivent s’appuyer sur des bases scientifiques solides. C’est précisément à l’élaboration de ces bases que travaillent les experts du GIEC. La science du changement climatique Le GIEC a été créé en 1988 par le Programme des Nations Unies pour l’environnement et par l’Organisation météorologique mondiale. Il regroupait alors 2500 experts des changements climatiques. Cet organisme est chargé d’évaluer des informations scientifiques, techniques et socio-économiques dans le but de comprendre les risques des changements climatiques d’origine anthropique (causés par l’action humaine), d’en percevoir les conséquences et de prévoir l’utilisation de stratégies d’adaptation et d’atténuation(1). Le GIEC répartit ses tâches entre trois groupes de travail. Le premier groupe (Groupe I) – qui a fraîchement remis son rapport, soit le 2 février dernier – se penche sur la dimension scientifique du système climatique et de l’évolution du climat. Le second groupe de travail (Groupe II) a comme mandat, pour sa part, d’étudier les impacts et les stratégies de réponse. Enfin, le troisième groupe de travail (Groupe III) étudie les dimensions économiques et sociales des changements climatiques et le… Cliquez ici pour lire la suite de l’article sur le site du journal Le Panoptique

Uncategorized