Elk lape au lac

Une artère principale avec de belles maisons fin XIXe pas toujours rénovées, des bâtiments plus modernes, des voitures, des vieux bus et quelques papiers par terre. A priori Ełk, en Mazurie (nord-est de la Pologne), est une ville normale. C’est pourtant la seule ville polonaise qui figure sur la carte des villes européennes écologiques. Il y a vingt ans, Ełk était noire. « Il y avait tellement d’industries [manufacturières, agro-alimentaires, bois] autour du lac qu’on n’y voyait rien. Elles l’empoisonnaient », se souvient Pawel Żukowski, responsable du Centre d’éducation écologique, fondé par l’Association écologique d’Ełk, qui s’occupe de cette région depuis 2001. « Puis, un groupe de gens s’est dit qu’il était dommage de laisser une si belle ville aux mains de l’industrie. » « Je bois l’eau du lac » En 1992, les autorités municipales ont fait le pari de l’écologie pour assurer le développement d’Ełk. Depuis, la ville est en tête de peloton en matière de politique écologique en Pologne. Pistes cyclables, stations d’épuration, éclairage économique furent les premières mesures du programme baptisé « Ełk – ville écologique ». Un an plus tard, la ville recevait même le prix Ford, qui récompense l’application des principes démocratiques, la lutte contre la pauvreté, le développement économique et la coopération internationale. Mais c’est au bout de la rue de l’Armée-Populaire que se cache son véritable trésor : un grand lac à l’eau claire, dans un air pur et une nature propre. Projet clé du programme, le lac a commencé à être nettoyé en 1998. Aujourd’hui, « l’eau est tellement propre que quand je fais du kayak et que j’ai soif, je bois l’eau du lac. Et je suis en très bonne santé », confie Alexandra Ochocka, responsable de l’office du tourisme. Le programme « Ełk – ville écologique » a permis de réduire de façon radicale la pollution du lac, des rivières et de l’air. Écoles écologiques Pourtant, certains habitants semblent indifférents : « L’écologie, c’est pas mon affaire », lance une passante, tandis qu’un jeune homme fait une mine blasée : « Ça ne m’intéresse pas. » L’Association écologique d’Ełk s’est justement donné pour mission d’enseigner l’écologie aux petits et grands à travers des projets tels que le recyclage dans les écoles, la création d’un musée du lac, le nettoyage de la Mazurie, des conférences sur les cigognes, ou encore un concours d’art du déchet. Installée dans un beau bâtiment au bord du lac, cette institution, indépendante depuis 2005, est unique dans le pays. Elle regroupe des Polonais passionnés, dynamiques et imaginatifs comme Pawel. L’avenir de la cité écologique est entre les mains des enfants, il le sait et précise fièrement que son « petit bout de chou va à l’une des deux écoles primaires écologiques ». Article original : http://www.journaleuropa.info/article/n427t0j0d0.html Image : Journal Europa

Uncategorized