Le Darfour, le génocide, les médias et les intellectuels

En raison des risques liés à toute intervention militaire, les États n’acceptent l’idée d’une responsabilité de protéger que dans les situations les plus extrêmes. La seule manière de garantir l’effet positif de l’intervention est effectivement de n’intervenir qu’en dernier recours, si la situation est… Visitez le site Internet du journal Le Panoptique pour lire la suite de cet article

Le Darfour, le génocide, les médias et les intellectuels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut