Le journalisme citoyen : entrevue avec Pierre R.

Comment êtes-vous venu au journalisme citoyen et aux journaux citoyens ? Internet est entré dans ma vie au moment où j’ai décidé de prendre ma retraite. Son caractère universel m’a fasciné. Je connaissais bien les théories de McLuhan sur le village global. Nous y étions. Lorsque l’heure de la retraite a sonné, ma crainte était de tomber dans l’oisiveté complète. Après avoir occupé des fonctions de journaliste auprès de la presse écrite, après avoir abandonné cette fonction pendant des années, j’ai eu le goût de reprendre la plume. Pour qui ? Pourquoi ? J’ai décidé de me hasarder dans un blog. Étant de nationalité canadienne et québécoise, pendant des années, j’ai été fasciné par le journalisme pratiqué au quotidien Le Monde. Lorsque j’ai su que je pouvais y installer un blog, cela a été la réalisation d’un rêve. Par la suite, par hasard, j’ai pris connaissance d’un site, Agoravox, où des citoyens proposaient des articles. Il y a de cela huit mois. Pourquoi n’essaierais-je pas de proposer des articles à mon tour ? Les premiers articles ont été refusés. Je me devais de trouver le ton et les sujets pour être acceptés. Et commentés. Les sujets étrangers n’ont pas beaucoup la faveur des commentateurs et lecteurs d’Agoravox. J’ai donc adapté mes articles. Après quelques essais et de nombreuses déceptions sur la qualité des interceptions et l’absence de rigueur, je me suis retiré. J’ai découvert 100 papiers que je ne connaissais pas du tout. Agréablement surpris par sa formule simple et ouverte, j’ai décidé de mettre la priorité sur ce forum citoyen et d’apporter, par mes articles, une dimension d’analyse géopolitique et internationale. Qu’est-ce qu’est le journalisme citoyen selon vous ? A-t-il un avenir ? Est-il l’avenir ? Je crois au journalisme citoyen. Il y a eu un débat sur cette question au forum d’Agoravox. Le journalisme citoyen n’est pas affaire de style mais de crédibilité. Trop souvent hélas ! des articles sont proposés et ne sont que des exposés politiques. Il nous faut faire l’apprentissage de ce nouveau format de journalisme. La pire des erreurs serait de permettre toutes les dérives au seul nom de la sacro-sainte démocratie. Les injures, les propos racistes, les analyses sans fondement et sans sources peuvent mener à des abus trop souvent notés dans ce type de forum. Il n’est plus possible d’échanger sur des sujets comme la politique ou la religion sans que des positions extrêmes braquent l’ensemble des échanges. Cela crée des clivages idéologiques insurmontables et débouche sur des dialogues de sourds. Pour permettre au journalisme citoyen de prendre son envol et de gagner ses lettres de noblesse, il faut maintenir hautes les exigences de rédaction et d’économie des textes. Nulle obligation n’est faite d’avoir une expérience profonde dans la rédaction. Toutefois, il est important de bénéficier d’une démarche structurée et de faire preuve d’une déontologie personnelle lorsque vient le temps de proposer un article citoyen. Ce délicat équilibre n’est pas facile à atteindre. Mais c’est seulement à ce prix que les forums citoyens gagneront en crédibilité. Vous êtes un participant actif du journal citoyen Cent Papiers. Comment qualifieriez-vous votre participation ? Pourquoi êtes-vous aussi actif ? Encouragez-vous les autres internautes à vous imiter ? Faut-il du temps pour être un journaliste citoyen ? J’ai adopté 100papiers en raison de sa formule souple. Les rédacteurs peuvent entre eux commenter les articles avant leur parution. 100papiers se présente comme un forum modéré et ne tolère aucune dérive. Tant dans les articles que dans les commentaires. 100papiers est ouvert aux articles internationaux, nationaux et locaux. Il est géré avec beaucoup de brio et de tact. Il n’est pas encore reconnu comme un forum citoyen international mais cela viendra assez vite. Il y a place à l’amélioration. Si un rédacteur s’attend à une fréquentation de milliers de lecteurs, il pourrait être déçu. Cependant, je sais que publier sur 100papiers me permet d’être lu dans la francophonie. Ma fidélité à ce forum est inconditionnelle. J’ai lu des articles d’une qualité indéniable. Des étudiants, des professionnels, des citoyens ont proposé et publié des articles d’une très grande qualité d’analyse et de rigueur. Voilà pourquoi 100papiers doit poursuivre sa démarche et qu’il est primordial de le soutenir. En bref, comment pourriez-vous expliquer ce qu’est un « journaliste citoyen » ? Est-ce que vous approuvez ce terme ou le trouvez-vous « prétentieux » ? Le journalisme citoyen ne m’indispose pas. Ce qui m’indispose c’est la mauvaise foi que pourrait masquer chez certains le recours à ce journalisme citoyen. Tout n’est pas permis. Une opinion musclée, si elle est formulée dans le respect du lecteur, est bienvenue. Si elle ne sert qu’à assouvir des vengeances personnelles, elle devrait être bannie. Sans autre forme de procès. Dès l’instant où le journalisme citoyen ne servira que des intérêts personnels, il sombrera dans les abus qu’ont connu certaines publications idéologiques et sera rejeté. C’est pourquoi je suis persuadé que l’avenir du journalisme citoyen passera obligatoirement par une forme de modération transparente et honnête. Quelle est-elle cette modération ? Je ne pourrais pas la définir. Mais je sais la reconnaître par des efforts honnêtes de rester courtois et respectueux des lecteurs. Quel rôle donnez-vous aux journaux citoyens ? Sont-ils nécessaires au développement du journalisme citoyen ? Le journalisme citoyen occupe une place indéniable dans nos médias d’aujourd’hui. Nous l’avons vu à travers les élections québécoises ou françaises. Nous le voyons à tous les jours à travers les prochaines présidentielles américaines. Avec le journalisme citoyen, je ne crois pas que serait possible une nouvelle dérive des médias comme l’a connue l’Amérique au moment de l’invasion de l’Irak. Tout ce qui était contraire à la politique américaine devenait suspect et anti-patriotique. La chose serait plus difficile en 2007. Il se trouvera toujours un blog ou un forum pour remettre en cause certaines décisions politiques. Un exemple : les événements du 11 septembre. Un autre : la campagne d’Al Gore qui a connu un soutien extraordinaire des forums citoyens. Vous avez plus de 70 articles à votre compteur sur Cent Papiers. Que pouvez-vous nous dire de ce journal ? De son rôle au Canada et de sa portée dans le monde ? Je crois avoir donné une réponse sur cette question. 100papiers doit poursuivre son travail, se développer, profiter de l’appui de citoyens qui désirent publier, maintenir très hauts ses critères de publication et de diffusion. Il est lu, il est bien fréquenté, et son lectorat est polyvalent et international. Vous avez décidé de quitter définitivement AgoraVox il y a quelques mois, finalement vous y êtes toujours présent. Pourquoi ? Que reprochiez-vous à l’époque à ce média citoyen ? Comment le voyez-vous aujourd’hui ? Qu’espérez-vous pour lui ? Je suis revenu à Agoravox lorsque les commentaires haineux et ad hominem se sont estompés. J’ai voulu me réconcilier avec ce forum citoyen qui reste un forum important dans la francophonie. Je lui reproche d’être beaucoup orienté sur la France. Les dernières élections ont été une période éprouvante pour les lecteurs d’Agoravox. La redondance et les articles sur un même thème, réitéré ad nauseam, ont fait fuir beaucoup de lecteurs fidèles. Je n’ai repris ma collaboration avec Agoravox qu’après les élections. J’ai refusé de commenter quelque article que ce soit sur les élections. En tant qu’étranger, je ne me sentais pas autorisé pour commenter les tendances. D’autres l’ont fait mieux que moi. Agoravox doit également faire un examen et ajuster son tir. Je sens qu’en termes de fréquentation, peu de nouveaux noms s’ajoutent chaque semaine. Si Agoravox n’y prend pas garde, il risque de sombrer dans un environnement d’autocongratulations par les mêmes sbires. Un peu comme un club de l’âge d’or qui se réunit chaque semaine pour passer en revue les événements qui ont marqué les membres. La sclérose guette sérieusement Agoravox si ce forum poursuit sa route ainsi. Les clientèles vont évoluer sans que ce forum n’ait saisi les enjeux de cette évolution. La gestion pour l’heure est fermée, tournée sur elle-même. Tout se déroule en vase clos. Ce forum est la propriété d’une entreprise privée. Il en a tous les défauts. Pour finir, que pourrions-nous vous souhaiter ? L’éclosion du forum citoyen. Une participation plus grande des femmes. Une présence plus forte des jeunes. Un rehaussement de la qualité des communications. Propos recueillis par Richard Patrosso Le journalisme citoyen n’a pas l’ambition de former une alternative aux médias traditionnels, mais de les complémenter. Il y a certainement un avenir pour ça. Aussi, de plus en plus de sites redistribuent les revenus publicitaires à leurs meilleurs participants…

Uncategorized