Steven Greenberg : rabbin orthodoxe homosexuel

C’est un peu comme si dans la Bible, au lieu d’Adam et Ève, il y avait Adam et Steve. » Le rabbin orthodoxe new-yorkais, Steven Greenberg, ne mâchait pas ses mots lors d’une conférence organisée fin janvier à l’Université de Montréal par l’association Hillel, le regroupement des étudiants juifs de l’Université. « Je suis gai ! », n’a-t-il pas hésité à lancer aux 25 jeunes présents, avant de les avertir qu’il ne serait « offensé par aucune question ». Quand on lui demande si sa pratique s’oppose aux textes de la Torah, il répond que « les textes ne sont pas clairs », et ajoute : « Vous savez, la religion peut affirmer beaucoup de choses, mais je ne pense pas que le rôle de Dieu soit de dire “ta gueule et faits ce que je te demande.” » Si certains juifs orthodoxes se sont rapidement adaptés à la réalité homosexuelle, il n’en reste pas moins que M. Greenberg a vécu des moments douloureux. En 1993, il déclare son homosexualité dans le magazine juif Tikkun, mais signe sous le pseudonyme Yaakov Levado – Jacob seul en hébreu. Ce n’est que six ans plus tard, « six années où [il a] beaucoup pleuré », qu’il révèlera publiquement l’identité de ce fameux rabbin orthodoxe gai. Depuis, Steven Greenberg parcourt le monde pour expliquer « pourquoi il faut s’impliquer en religion », mais aussi « pourquoi il faut que les religions ouvrent leurs portes aux gais et lesbiennes ». Son ouvrage Wrestling with God and Men [Se battre avec Dieu et les Hommes] annonce l’ampleur du défi. Le journal indépendant de l’Université de Montréal Quartier Libre est le principal journal des étudiants de l’Université de Montréal (UdeM). Organe de diffusion indépendant de la direction de l’UdeM, Quartier Libre est un bimensuel distribué à plus de 7000 exemplaires sur et autour du campus. Quartier Libre compte sur la collaboration de plusieurs étudiants (dans différents domaines d’étude) de l’UdeM et de quelques journalistes extérieurs. Il se veut un journal école, un tremplin pour les étudiants qui souhaitent faire carrière en journalisme et se donne comme mandat de traiter de tous les sujets chauds du campus de l’UdeM et d’ailleurs, de faire des analyses sur des thèmes de société et internationaux et de promouvoir la culture émergeante qui n’est pas ou peu couverte par les autres journaux québécois. Innovateur et dynamique, il a été nommé « meilleur journal étudiant du Canada » par Paul Wells, chroniqueur au magazine canadien Macleans. L’ensemble de la rédaction est rémunéré pour son travail. L’équipe rédactionnelle 2007-2008 est composée de Rachelle Mc Duff (directrice et rédactrice en chef), Clément Sabourin (chef de pupitre campus), Julie Delporte (chef de pupitre culture), Thomas Gerbet (chef de pupitre société-monde) et Clément de Gaulejac (directeur artistique).

Uncategorized